Pas un euro de plus pour le charbon !

Hambi bleibt !

 

Cela fait des années que la forêt primaire de Hambach, en Allemagne, est occupée et défendue par des militant·e·s qui souhaitent protéger ses 12 000 ans d’histoire, empêcher l’extension d’un projet de combustibles fossiles et qui appellent l’Allemagne à parachever sa transition énergétique en sortant enfin du charbon.

D’ici quelques jours, les 10% restants de cette forêt, devront être détruits par RWE, entreprise propriétaire du terrain, pour permettre l’extension d’une mine à ciel ouvert. D’ici quelques jours, la terre devra être creusée pour y chercher de la lignite : le combustible fossile le plus polluant, et contribuer à que l’Allemagne n’accomplisse ses objectifs climatiques.

Cependant, la résistance continue.

Au fur et à mesure que la situation s’aggrave, et suite à l’expulsion des militant.e.s par la police pour laisser la place aux bûcherons, les hommes et femmes qui défendent la forêt de Hambach ont fait appel à la solidarité internationale.

La France, par sa politique d’investissement incompatible avec les engagements pris lors de la COP21, a choisi son camp : soutenir RWE plutôt que la transition énergétique, et rester sourde face à l’appel à la solidarité de la part des militant·e·s.

Mais il est encore temps d’agir !

Écrivez à Emmanuel Macron, Bruno Le Maire et aux dirigeant·e·s de la Caisse des dépôts et consignations pour leur demander de désinvestir. Pour cela, rien de plus simple : remplissez le formulaire ci-dessous. Nous leur transmettrons vos messages !

 

 

J'envoie mon message

La France doit désinvestir !

Le 15 novembre 2017, à Bonn, Emmanuel Macron s’engageait à fermer dans les cinq ans les quatre centrales à charbon subsistant en France.

Un mois plus tard, le 11 décembre 2017, Bruno Le Maire, Ministre de l’économie et des finances, annonçait que la Caisse des dépôts et consignation allait signer “une Charte pour le climat” par laquelle elle s’engagerait à “prendre en considération les enjeux liés à la lutte contre le changement climatique dans [sa] politique d’investissement”.

Mais, dans le même temps, la France continue d’investir des millions d’euros, via la Caisse des dépôts et consignations notamment, dans les mines et les centrales à charbon allemandes.

Ainsi, l’argent de nos retraites est-il directement utilisé pour étendre la mine la plus polluante de toute l’Europe, à Hambach, en Allemagne. Depuis plusieurs années, elle était occupée par des militant·e·s qui souhaitaient protéger ces quelques hectares de forêt primaire et appelaient l’Allemagne à parachever sa transition énergétique en sortant enfin du charbon.

La France, par sa politique d’investissement incompatible avec les engagements pris lors de la COP21, a choisi son camp : soutenir RWE (propriétaire de cette mine et d’une quinzaine de centrales à charbon) plutôt que la transition énergétique.

Il est encore temps de changer d’approche !

Ensemble, écrivons au président de la République, au Ministre de l’économie et des finances et au Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations pour leur demander de désinvestir des combustibles fossiles.

Personnaliser votre message :

Vous pouvez modifier ce texte afin de le personnaliser.

Bonjour !

Nous avons gardé vos coordonnées, cliquez ci-dessous pour continuer.

Ne pas ? Déconnexion

En soumettant vos informations, vous adhérez à notre politique en matière de confidentialité ainsi qu’à nos conditions de service. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

En soumettant vos informations, vous adhérez à notre politique en matière de confidentialité ainsi qu’à nos conditions de service. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Pour l’heure l’argent de nos retraites est directement utilisé pour étendre la mine la plus polluante de toute l’Europe, à Hambach, en Allemagne. Depuis plusieurs années, elle était occupée par des militant·e·s qui souhaitaient protéger ces quelques hectares de forêt primaire et appelaient l’Allemagne à parachever sa transition énergétique en sortant enfin du charbon.

La France, par sa politique d’investissement incompatible avec les engagements pris lors de la COP21, a choisi son camp : soutenir RWE (propriétaire de cette mine et d’une quinzaine de centrales à charbon) plutôt que la transition énergétique.

Il est encore temps de changer d’approche !

Ensemble, écrivons au président de la République, au Ministre de l’économie et des finances, au Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, à la Présidente de sa commission de surveillance et à l’ensemble des élu·e·s qui siègent à cette commission de surveillance, pour leur demander de désinvestir des combustibles fossiles.

À l’instar du Parlement irlandais, des villes de New York et de Londres, la France doit cesser de financer les  combustibles fossiles et désinvestir tous les actifs qu’elle détient dans le secteur.

 


 

FacebookTwitter